miércoles, 30 de septiembre de 2015

Vingt sixième dimanche dans l'année B

Nombres 11, 25-29
Psaume 19(18), 8,10,12-13, 14
Jacques 5, 1-6
Marc 9, 38-43. 47-48

Décidément, si on veut être fidèle à la pensée de Jésus, on doit bien écouter ce qu'il nous dit aujourd'hui. Car il semble que dans la même page, Marc a rapproché deux attitudes apparemment contraires de Jésus: d’une part une très grande largeur de vue, de l’autre une rigoureuse exigence.

1.Une immense largeur de vue, grande bienveillance...

Un jour, donc, les apôtres viennent se plaindre à Jésus parce qu’ils avaient vu quelqu’un « chasser les esprits mauvais» (v.38) sans appartenir à leur groupe. C’est une réaction très humaine de vouloir conserver un certain monopole de l’action apostolique. Nous sommes naturellement portés à nous méfier de ceux et celles qui ne sont pas de notre bord, de notre gang...

Et nous voyons bien que le sectarisme (l'intolérance) n’est pas d’aujourd’hui. Déjà, au temps de Moïse, on voulait défendre à Eldad et Médad de prophétiser parce qu’ils n’étaient pas au bon endroit. Moïse, loin de se choquer, avait répondu : «Si seulement le Seigneur répandait son Esprit sur tous les Israélites, pour qu'ils deviennent tous des prophètes ! » (vv 26-29) D'un côté, "l'esprit" qui tombe sans prévenir et vient reposer sur deux hommes qui, bien que choisis, ne sont pas montés au Sinaï à la rencontre de Dieu. "Et c'est dans le camp qu'ils se mirent à prophétiser". Josué veut les faire taire, car il ne trouve pas cela réglementaire : ils ne sont pas là, dans le cadre normal, il sont "dehors".

La réaction de Moïse est celle d'un coeur humble et ouvert. Lui n'est pas "jaloux": sa relation privilégiée avec Dieu et le don de prophétie, il ne les considère pas comme sa propriété ; il est prêt à les partager avec tout le peuple d'Israël.

Jésus a le même réflexe de grande ouverture: n’empêchez pas ceux qui font le bien même s’ils ne sont pas de votre groupe. On n’enchaîne pas l’Esprit, on ne le met pas en bouteille. Il agit aussi en dehors de nos structures, en dehors de l’Eglise. L’Esprit souffle où il veut. et quand il veut! Qui pourrait faire taire le vent ?

"Celui qui fait un miracle en mon nom ne peut pas, aussitôt après, parler mal de moi...".(v.39) A Jean qui réclame une exclusivité, laquelle pourrait tourner à l'exclusion, il oppose l'ouverture et l'accueil. Jésus met en garde contre ces réflexes de l’exclusion et de la division, car ils mettent de côté et isolent; ils portent atteinte à la dynamique de la foi des croyants en marche vers la Vie…

La fin du paragraphe devient plus compréhensible :Et celui qui vous donnera à boire un verre d'eau parce que vous appartenez au Christ, je vous le déclare, c'est la vérité: il recevra sa récompense. » Celui-là n'est pas forcément un baptisé, ni un membre actif de l'Eglise, mais il reconnaît les Chrétienset Chrétiennes et est prêt à les aider, même si peu que ce soit. L'évangéliste parle surtout ici pour les chrétiens de son temps, tentés par quelques rejets de croyants non conformes. Mais nous pouvons également aujourd'hui nous appliquer cette manière de faire.

2.... et une exigence rigoureuse,une ferme intransigeance.

Cela ne veut pas dire que Jésus soit indifférent au mal. Il y a aujourd’hui une certaine tolérance qui n’est qu’un laisser-aller criminel: tout est permis... même les pires crimes! Jésus, lui, s’il demande qu’on laisse faire le bien qui s’accomplit en dehors de nous, s’indigne qu’on puisse volontiers entraîner quelqu’un au mal

Le paragraphe suivant enchaîne: "ces petits qui croient" en Jésus (v.42) sont peut-être ceux qui donnent le verre d'eau, voire ceux qui font des miracles "en son nom". Jésus ne veut pas qu'on les "scandalise", c'est-à-dire qu'on les fasse tomber, qu'on les décourage, en les empêchant d'évoquer ce Nom.

Et on voit ensuite que le ton change... Jésus s'adresse maintenant à un "tu",(v.43) qui est sans doute celui de tout chrétien, chrétienne. i.e. chacun, chacune de nous Et il est très dur.

Je pense que seul Jésus a le droit de prononcer ces mots impitoyables. Lui seul sait véritablement ce qu’est le péché. Si nous n’avons pas à juger les personnes, nous avons, nous aussi, à appeler les choses par leur nom, un chat un chat. Le mal est le mal. Nous devons le dénoncer et le combattre.

Certes, la répétition des mêmes formules(43-47):"Si ton... t'entraîne au péché, coupe-le"; et "Il vaut
mieux entrer...dans la vie éternelle que d'être jeté ...dans la géhenne" c'est là un style très exagéré, excessif qui a pour but de susciter l'étonnement ... du genre poétique et prophétique. Nous n'avons pas à le prendre au pied de la lettre, mais nous avons à le prendre au sérieux . Il s'agit, non seulement de ne pas commettre de péchés, mais de rompre, avec force s'il le faut, avec ce qui,en nous, "entraîne au péché", nous en rend complice et nous y pousse. L'image de la "géhenne", de l'enfer, "où le feu ne s'éteint pas...où le ver ne meurt pas", n'est aussi qu'une image, conforme au style apocalyptique, et on la retrouve dans des paraboles de Jésus - mais elle est là pour nous faire prendre conscience de la gravité, non seulement de nos actes, mais de nos pensées, des tendances mauvaises qui sont en nous, si nous ne luttons pas contre elles, si nous ne les "arrachons" pas de notre coeur.

Frères et Soeurs, si nous voulons vraiment suivre Jésus, nous ne pouvons justifier ni nos étroitesses de pensée en voulant condamner simplement ceux et celles qui ne pensent pas comme nous ,ou justifier nos molles lâchetés. Il nous demande, aujourd’hui comme hier, à la fois la tolérance et la rigueur. Vous qui, comme moi, avez écouté les paroles du Pape Franois cette semaine, nous avons vu qu'il est à la fois très ouvert sur certains points et exigeant comme l'est l'Évangile sur certains autres. C’est difficile à vivre et je crois que c'est un don à demander à Dieu dans la prière.

Prions

"Seigneur nous te remercions pour cette Parole de vie que tu nous as donnée aujourd'hui. Tu connais nos pensées et nos coeurs. Transforme-les pour que nous puissions à notre tour, savoir nous ouvrir aux autres, les accueillir dans nos vies et aussi dénoncer et combattre le mal qui existe autour de nous, Amen, "







Power of the Holy Spirit Workshop

October 3, 2015
9:00 am – 12:00 pm
St. James Church


Barbara McBride

Barbara is currently Southern California Director of Region 7 of Order of St. Luke. She has been a speaker at healing workshops in USA, Japan and Canada, and has chaired OSL conferences.

▪ Come and learn about healing through the power of the Holy Spirit
▪ The joy of joining with the Holy Spirit in prayer
▪ Barbara McBride will be praying with you for a fresh infilling of the Holy Spirit

For info, call Cory (888) 590-5095. All are invited!





Padre Jonhja chega em nossa Paróquia


No dia 20 de setembro tivemos a alegria de receber em nosso meio padre Jonhja Lopes, que veio para assumir a função como responsável da formação dos seminaristas Eudistas da Congregação de Jesus e Maria em Fortaleza-CE. Padre Jonhja é colombiano e anteriormente estava na função de secretário provincial, onde residia no seminário de Valmaria em Bogotá.

A comunidade de fortaleza se alegra nesta nova fase da congregação no Brasil, com a missão de levar a todos os corações o carisma da família Eudista através de seus trabalhos de formação e evangelização.

Texto de Vanderson Barbosa





À la tombe de saint Pierre

Mgr Luc Crepy a passé une petite dizaine de jours à Rome du 7 au 16 septembre 2015 où il a participé à la session organisée par la Congrégation des Évêques. Une rencontre de réflexion riche et intéressante qui se déroule chaque année pour les nouveaux évêques et dont il nous fait part.

Voilà une belle expérience d’Église qui me fut offerte au cours de ce séjour à Rome en compagnie de cent trente nouveaux évêques venant du monde entier et débutant dans leur ministère épiscopal depuis quelques mois. Rencontrer l’évêque d’Alaska, celui de Melbourne (Australie) ou encore, hélas de manière plus tragique, des évêques de Syrie et d’Irak, c’est l’horizon qui nous fut donné pour mieux entrer dans la compréhension de la dimension universelle de l’Église, mais aussi dans une meilleure perception qu’ensemble nous étions successeurs des Apôtres, envoyés pour annoncer l’Évangile au-delà de toute frontière…

Tout au long de ces jours, dans un cadre très agréable (!), nous avons vécu des temps studieux avec des conférences sur divers aspects de la vie de l’Église, mais aussi des temps de célébration et de prière dont une journée de retraite, des moments de convivialité où l’humour n’était pas absent. Un des grands moments fut l’audience, au Vatican, avec le pape François qui nous a adressé, à son habitude, un discours vigoureux et encourageant  : «  Les disciples se réjouirent de rencontrer ressuscité le Pasteur qui accepta de mourir pour son troupeau. Réjouissez-vous vous aussi, tandis que vous vous dépensez pour vos Églises particulières. Ne vous laissez pas dérober un tel trésor… Aucun milieu de vie ne doit être exclu de l’intérêt du cœur de pasteur. Gardez-vous du risque de négliger les multiples réalités particulières de votre troupeau  ; ne renoncez pas aux rencontres  ; n’épargnez pas la prédication de la Parole vivante du Seigneur  ; invitez tous à la mission….  » Et le pape d’évoquer aussi ceux qui «  ont claqué la porte de l’Église  » ou la refusent, invitant les évêques à être des hommes de dialogue, proches et ouverts à tous. 


Bien sûr, au cœur de cette rencontre romaine, s’inscrivait le pèlerinage à la basilique Saint-Pierre pour célébrer l’Eucharistie auprès du tombeau de Pierre. Chacun a pu se recueillir en ce lieu si émouvant et si fort pour la foi, où depuis des siècles tant de croyants viennent prier auprès de celui à qui le Christ a confié son troupeau.


Après ces premiers mois, si nouveaux, pour un nouvel évêque, cette rencontre a répondu à la question que posait, le premier jour, le cardinal M. Ouellet  : «  Évêques, qui êtes-vous  ? Quelle est l’identité d’un évêque  ?  »… Bien sûr, on ne découvre pas tout, mais ce temps a permis à beaucoup des participants d’entrer un peu plus – modestement mais sûrement – dans une plus grande intériorité et compréhension de ce ministère que l’Église leur a confié à la suite des Apôtres…



Mgr Luc Crepy,
évêque du Puy-en-Velay





Con visita de obispo beninés, UNIMINUTO y África están más cerca


De izquierda a derecha: Jorge Gallego, Gerente del Proyecto UNIMINUTO Internacional; Santiago Vélez, Rector de Bogotá Sur y Nuevas Regionales; Leonidas López, Rector General; monseñor Eugène Cyrille Houndékon, obispo de la Diócesis de Abomey de Benín; y padre Camilo Bernal, Superior General de la Congregación Jesús y María.

Bogotá, septiembre de 2015. Monseñor Eugène Cyrille Houndékon, obispo de la Diócesis de Abomey de Benín, estuvo en Colombia con el objeto de conocer UNIMINUTO, su modelo educativo y la Organización Minuto de Dios.

Por invitación del padre Camilo Bernal, Superior General de la Congregación Jesús y María, monseñor Houndékon visitó la Sede Principal, donde también fue recibido por el Rector General Leonidas López; el Rector de Bogotá Sur y Nuevas Regionales, Santiago Vélez; y el Gerente del Proyecto UNIMINUTO Internacional, Jorge Gallego. Los Centros Regionales de Zipaquirá y Soacha (Sede Cundinamarca) y el Ceres Potosí de Ciudad Bolívar (Vicerrectoría Bogotá Sur) fueron las otras instalaciones de la Corporación Universitaria que acogieron a monseñor.

Además, el obispo beninés tuvo la oportunidad de reunirse con monseñor Iván Antonio Marín, arzobispo de Popayán; y con el padre Mario Polo, Rector de la Fundación Universitaria de Popayán – FUP; universidad la cual aúna esfuerzos con UNIMINUTO como alianza estratégica de fortalecimiento desde el 2006. Esta visita permitió que monseñor Houndékon conociera detalladamente el acompañamiento que ha realizado UNIMINUTO hacia la FUP, que ha dado como resultado el complemento y ampliación de su oferta académica.

El Gerente del Proyecto UNIMINUTO Internacional, Jorge Gallego, aseguró que la visita fue positiva para monseñor Houndékon: “Se llevó de aquí una muy buena impresión, sobre todo del bienestar universitario, que es un tema que no se maneja en Benín porque no está configurado como un área estratégica que contribuya a la formación integral de su comunidad académica”.

En Benín, monseñor Eugène Cyrille Houndékon está a cargo del Instituto Universitario de Bohicon, el cual fundado hace cuatro años. Recientemente recibió la licencia para ampliar su oferta académica con programas enfocados hacia las ciencias económicas y administrativas. Actualmente solo oferta el programa de Derecho, sin embargo, gracias al acompañamiento de UNIMINUTO, se pretende que el Instituto crezca y se consolide.

Entre los meses de noviembre y diciembre de 2015, UNIMINUTO ha programado una nueva misión a Costa de Marfil, que tiene como intención ser aprovechada para visitar Benín y conocer el Instituto Universitario de Bohicon.


Actualidad Proyecto IUTEA en Costa de Marfil

UNIMINUTO continúa en la búsqueda de recursos de cooperación internacional. La Congregación Jesús y María presentó un proyecto para la IUTEA dirigido a la Conferencia Episcopal Italiana-CEI y prontamente se esperan los resultados.

“Estamos confiando en que la CEI apruebe el proyecto, ya que ellos tienen un fondo de ayuda a comunidades religiosas para el apoyo a proyectos de población vulnerable”, aseguró Jorge Gallego.

Por otra parte, cabe recordar que el proyecto UNIMINUTO África hace parte de la estrategia de la Agencia Presidencial de Cooperación Internacional-APC, la cual ofrece cooperación por parte de Colombia hacia otros países en desarrollo, en un esquema de cooperación Sur-Sur; como a su vez, demanda cooperación de países desarrollados hacia Colombia, para financiar y apoyar proyectos en el territorio nacional.




Camilo Martínez Aparicio
Jefe de Prensa
Dirección Nacional de Mercadeo y Comunicaciones





WEEK THREE – FORMATORS’ SESSION - Partnership and Formation


We widened our circle as we welcomed with great joy and excitement the twenty nine mission partners (seventeen lay and twelve sisters) from Asia Pacific. Josita Corera and Elaine Basinger reminded us that partnership was part of our beginnings. Lay mission partners in the persons of Madeline Lamy, Count de Neuville and Countess D’Andigne were very much part of our founding vision and the growth of the Congregation from the time of our founders.

Elaine recalled that St. John Eudes and St. Mary Euphrasia followed God’s movement in their hearts as they moved out of the familiar to risk for mission. Today, the same vision is alive, vibrant and evolving. She encouraged us to be midwives to one another in the process of birthing something new, to reflect on what was not enough and what was the more that we were being asked, particularly in the area of partnership.
In the stories of Jane Kendi (Congo), Patricia Barasik (Malaysia), Susan Montano (Philippines) and Anastasia Sunarni (Indonesia), we witnessed the Spirit at work as they shared how mission partners contributed to the growth of the mission. The presentation of the different units on their growth process of mission partnership enabled us to see that we were in different levels of development. While some Units are just beginning, others have already made good progress. Our diversity became an opportunity for co-learning as we gained insights from one another’s experience and took note of what could be applicable to our Unit.

We were challenged by Singapore Malaysia’s move to change structures of governance in 2006 to effect mission partnership for mission sustainability in the light of aging and diminishment of sisters. This has brought about vibrancy and expansion in mission. On the other hand, with the absence of vocations to religious life, Australia New Zealand developed a vibrant partnership to ensure the continuity of the Good Shepherd mission. We were also happy to note the crossing of borders within the region in sharing of resources on partnership.

The conversation of Chin Poh Choo and Helena Vytailingam of their experience in Malaysia revealed the joys and struggles brought about by the change in structures undertaken by the Unit. Their desire for the mission to be vibrant and effective enabled them to face the challenge of changing the hierarchical mindset in the sisters, staff and the Church. The strength of their present partnership is founded on a relationship of equals and the development of friendship as they worked together for mission.

Noelene White took us on a “journey to partnership” as she traced the key steps taken by mission partners in the development of partnership for mission in the Asia Pacific region since 2003. Teresa Symons clarified that now, the term mission partners includes Good Shepherd sisters and lay people working in our ministries in different levels of engagement whether as a paid staff or as a volunteer. The focus of partnership and co-responsibility is the development of the Good Shepherd mission. This calls for a shift in our mindset: from hierarchical to participative model, from “we” and “they” to “us” and “ours”.


How happy are we, who are co-workers with Christ in his mission of love and friendship for each person.

St. Mary Euphrasia


In the sharing on the experience of the mission partners in the Congregational Chapter, we appreciated the impact of their presence in the direction the Congregation has taken for the coming years. Their passion for mission enriched the sisters as they experienced the beauty of oneness, co-learning and collaboration for the mission. It was a significant moment of shaping the future of the Good Shepherd mission together. There is now a directive for the “Leadership Team to establish an international working group to pursue the full engagement of partners.”


Australia New Zealand’s sharing of resource materials such as the Good Shepherd Credo which identified our core values (reconciliation, the value of each person, justice, zeal, audacity), their Good Shepherd Mission Office Programs and Mission Integration Framework enriched us. We were inspired to dream for the growth and formation of mission partners to keep alive and vibrant the Good Shepherd Mission. In our units, we prepared action plans to ensure that the Good Shepherd charism, values and heritage remain at the heart of mission; and to develop formation, education and leadership programs which equip people to work in a partnership for mission.

Concrete action plans pertaining to what can be done by us personally in our workplace and those that need to be presented to the Province Leadership Team were identified. We noted common elements when we shared our dreams, the highlights of which are:

To conduct echo of this session in the Unit for a better understanding of mission partnership 
To have a partnership core team in the Unit, with sisters and lay in equal number 
To formulate common vision, mission and core values of the Good Shepherd 
To change structures, giving attention to what is relevant and life giving for the mission. 
The role of the PLT is crucial in this area.

To set aside a day to celebrate Good Shepherd Mission Partnership 
Common formation for sisters and lay on spirituality, capacity building and leadership training 
To invest resources for formation and leadership training for both lay and sisters and to share resources across the borders 
To produce resource materials adapted to our respective contexts and languages 
Setting up of mission effectiveness office, developing new programs 
Strengthening of linkages and networks for sharing of resources

Through the session with our mission partners, the something new that God was asking of us became clear. Our worldview in interrelationships and networking in order to bring about a new approach for partnership for mission has widened. The mandala painting on co-responsibility (which has at the core our spirituality, philosophy, values, spirit and passion for the mission) beautifully symbolizes our oneness.

Energized by the Spirit, we Mission Partners will work together in co-responsibility and risk for mission.







martes, 29 de septiembre de 2015

The Voice Aparecida – Audições

 
Durante os dias 18 e 19 de setembro de 2015, aconteceram as audições do Primeiro The Voice Aparecida. Noites de muitas emoções para todos os candidatos. As apresentações foram brilhantes e eles tem que estar preparados para a próxima fase que acontecerá no dia 25 de setembro de 2015, e está muito concorrido.

 

Toda a organização gostaria de agradecer aos candidatos, que foram, participaram, e toparam entrar nesta aventura. Agradecer a todos os jurados, que nos apoiaram e ajudaram e agradecer a toda a comunidade que foi prestigiar o evento. Além do agradecimento em especial a todos os patrocinadores do evento.


É necessário parabenizar ao grupo de Jovens Ecoar, que está organizando muito bem todo o evento! E vamos lá para a segunda fase desse grande evento!



Patrocinadores:

Subway Imbui
Wanda Rosas – Festas e Buffet
Criativa – Equipamentos promocionais
Alex Rocha Eventos
Organização: Grupo de Jovens ECOAR







A l’abri chez les soeurs


 A Saint Yrieix, les sœurs de la congrégation du Bon-Pasteur hébergent une famille de réfugiés syriens depuis la mi-août.

Bien avant l’émotion suscitée par la photo du corps échoué du petit Aylan, bien avant l’appel du pape François, les sœurs de la Congrégation de Notre-Dame-de-Charité du Bon-Pasteur ont ouvert leur porte à une famille syrienne. « Notre provinciale, sœur Magdalena, a résumé la situation avec ces mots : “il y a beaucoup à faire, nous ne pouvons pas tout faire.

Mais, au moins pour cette famille, faisons tout ce que nous pouvons” », analyse Sœur Véronique… Dans le pavillon mitoyen du bâtiment de la communauté, à Saint-Yrieix, les Khouryeid retrouvent un peu de quiétude après quelques mois d’errance et d’incertitudes sur leur avenir… Kamil, Rima et leurs enfants, Sabine et Antoine, vivaient à Alep, avant que la guerre ne vienne bousculer leur quotidien. Le départ était inéluctable. La France sera leur terre d’accueil. Parce que Lucie, la soeur de Rima, vit à Toulon, où elle est religieuse dans la communauté du Bon-Pasteur, une congrégation implantée dans 73 pays… La famille s’est arrimée un temps à Angers, avant de s’éparpiller. Antoine, le fils, poursuit aujourd’hui son apprentissage de la cuisine à Angers, tandis que Kamil, Rima et Sabine prennent le chemin de la Charente. « Le couple qui s’occupait de la cuisine et de l’entretien de notre bâtiment est parti à la retraite », raconte Soeur Véronique. « Il nous fallait les remplacer et c’est avec grand plaisir que nous avons accueilli cette famille dans le désarroi. Nous sommes heureuses de pouvoir les aider à repartir dans la vie, à trouver un nouvel élan. »

Première paye

Directeur d’une usine de plasturgie aujourd’hui détruite, Kamil a fait une croix sur ses compétences pour devenir le Michel-Morin de la communauté. Toujours mieux que rien… Et Rima se plaît à
cuisiner quelques spécialités syriennes, pour les soeurs. « Le jour de la première paye, ils ont pris le chèque en photo, glisse une soeur. Ça comptait tellement pour eux de ne plus dépendre de la charité des autres mais du fruit de leur propre travail ! » Sabine, 17 ans, est entrée en première au lycée Guez-de-Balzac. La jeune fille, qui maîtrise plutôt bien le français, sert de lien entre ses parents et leur nouvel environnement : « Au départ, je ne voulais pas venir en France, je ne savais pas parler français, j’ai appris sur place. Mes amis étaient en Syrie, même si, aujourd’hui, certains sont partis, en Suède ou en Allemagne ». Sabine se dit maintenant heureuse de partager le quotidien insouciant de Charentais de son âge : « On ne parle pas de la guerre. Les jeunes Français que je connais ne s’intéressent pas vraiment à la politique. C’est étrange de voir qu’ils peuvent être tristes pour des petites choses, pour des peines de coeur par exemple. En même temps, c’est tout à fait normal. Avant, j’étais comme eux. » Avant la guerre qui a fait basculer le pays dans le chaos… Rima hausse le ton : « Autrefois, les religions vivaient en paix. Nous sommes chrétiens et nous avons toujours côtoyé et travaillé avec des musulmans ». La guerre a chamboulé la donne… À l’abri chez les soeurs, mais loin de leurs amis, les Khouryeid gardent le lien avec la Syrie. Par la télévision ou les quelques appels téléphoniques à ceux qui sont restés sur place malgré les bombes. Rima compte sur les doigts de ses mains : « Six… Oui, ce sont bien six membres de la famille qui ont été tués » depuis le début du conflit. Rima, Kamil, Sabine et Antoine ont obtenu leur carte de réfugié. Une parenthèse de dix ans ?

« On rentrera peut-être en Syrie. Mais uniquement si la paix revient. »

Propos recueillis par BERTRAND RUIZ du quotidien Sud Ouest







Eudistas Hombres y Mujeres llamados para llamar


La experiencia de Dios que inflamó el corazón de San Juan Eudes transformándolo en un profundo enamorado del Señor es encarnada cada día no solo por los formandos, incorporados y sacerdotes de la CJM, más aún por los asociados y amigos de la congregación, ellos asumen la tarea dejada por nuestro fundador "hacer vivir y reinar a Jesús en el corazón" y buscan cumplirla llevando nuestra espiritualidad en medio de su día a día.



En su visita canónica a la Parroquia San Juan Eudes del Marques (Provincia de Venezuela) nuestro superior general P. Camilo Bernal reflexionó y compartió la gran alegría de ser llamados para vivir juntos en un mismo corazón.

En su encuentro fraterno con esta comunidad local compartió la celebración Eucarística y realizó visita a los distintos grupos de apostolado que buscan y tienen como misión dar continuidad al mensaje recibido de Dios a San Juan Eudes.


Los asociados Eudistas aprovecharon este momento de gracia para renovar su compromiso con la CJM, encomendaron a la Madre del Amor bajo la advocación de nuestra Señora de Coromoto, Patrona de Venezuela esta misión a ellos encomendada "continuar y completar la vida de Jesús" en medio de Venezuela y de la humanidad entera viviendo cada día como si fuera el primero, el único y el último.

Dios les bendiga hermanos.



Contenido y fotos Eudistas Venezuela



lunes, 28 de septiembre de 2015

Votre couple, un « cœur » qui bat ?

L’Église propose des temps riches pour préparer les fiancés au mariage. Mais après ?

Après les premiers mois, l’arrivée des enfants, la vie active, etc. ne laissent pas forcément beaucoup de temps pour soi, pour son couple, pour faire fructifier le sacrement échangé.

Il y avait quelque chose de nouveau à inventer, sorte de « SAV après mariage » qui permette d’entretenir le « cœur » de l’engagement pris…

depuis 2009, COR, un réseau de couples…

  • Plus ou moins engagés dans leurs paroisses respectives, selon leurs possibilités Mais souhaitant se donner de temps en temps la chance de se poser en couple sous le regard de Dieu.
  • En lien avec les EudistesLes couples - une dizaine - qui le composent aujourd’hui ont souvent connu des Pères eudistes en paroisse, dans des établissements scolaires, etc. ou ont été invités par un couple du réseau. Ce lien avec la famille eudiste leur donne accès à une tradition spirituelle.
  • D’horizons géographiques ou professionnels différentsA l’heure actuelle, les couples du réseau sont en région nantaise, en Île de France et dans l’Est. Ils sont commercial, fonctionnaire, ingénieur, mère au foyer, professeur , profession libérale, ...
  • Désirant un « service après-vente » après leur célébration de mariage
Pour chercher ce que devient le sacrement échangé et veiller à ce qu’il reste le « cœur » de leur
quotidien au fur et à mesure de leur vie conjugale, quand viennent les enfants, quand le couple doit franchir des étapes…

pour entendre battre le « cœur » de sa vie de couple

Le réseau propose :

• 2 week-ends par an, prioritairement sans enfants, pour permettre de prendre du temps pour son couple

• une newsletter par mois, via ce site

Les week-ends constituent les temps forts du réseau et sa porte d’entrée pour des nouveaux couples. Ils sont construits à chaque fois autour d’un thème particulier1 et conjuguent convivialité, échanges en couple et entre couples, temps spirituels et enseignements.

La dynamique du réseau COR s’appuie sur l’implication des couples. Aussi, les week-ends et les newsletters sont préparés à tour de rôle, avec l’appui d’un Père eudiste, nommé pour accompagner le groupe.

_________________________

1 Parmi les thèmes traités : L’autre, cet(te) inconnu(e) – Quelle sexualité pour un couple chrétien ? – Ces engagements qui nous bouleversent, ces bouleversements qui nous engagent – « Car il est fidèle, celui qui a promis » – Du couple à la famille – Le pardon, une dynamique


Exclusivity and Jesus

http://3.bp.blogspot.com/-qHqMD-cFMJg/UD5U-jZUk9I/AAAAAAAABE8/KF1B4qLlfCs/s1600/JESUS+ES+EL+CAMINO.jpgby: Br. Noel Corcino [cjm]

The world of politics today starts to create “colonies of pure culture”. In fact, in certain political circles, exclusivity serves as unifying factor for members with different agenda. In that circle, they brainstorm common issues and get the feel of each other’s inclinations which may be used for or against them in order to rise up in the political ladder, after all, they are outright contenders. However, when a new idea comes up, it becomes inevitable to feel defensive and threatened. These kinds of people are not only insecure but also jealous of everything they have as a group. Thus Moses in the first reading asked Joshua, “Are you jealous in my behalf?

Let’s take the journey of a rookie politician who just started to carve a name on her own by serving the country with sincerity and dedication. She is new and youthful, thereby a threat to political veterans who wanted everything to stay as it is because they have succumbed to the comforts of familiarity. Change to them seems unwelcome, thereby strategizing acts so that let the rookie leave. Such unbecoming attitude would even dig out personal issues like foundling solely to disrepute and erode the dignity of the person they are attacking.

People who are insecure will grab every opportunity to paralyze the budding good reputation of the person who appears to be a potential combatant to dislodge them from power. Most often than not, jealous and insecure people will create their own “kingdom” characterized by forced subordination and oppressive governance in any organization or community.

This is true even in religious communities’ where human tendencies of insecurity and jealousy may manifest. Supposedly, those people who embrace the religious state of life should know the hallmark of community life compared to the lay people. Yet factions that create a community within a community is still happening within the premises of religious houses. Eventually, it would weaken the fraternal bonding and cause crisis in the community.

Many would avoid confrontation and stay behind enemy lines in an effort to hit the balance and try not to become a stumbling block to others. Unfortunately, insecure and jealous people are determined to pave the way that hinders the interest of their personal agenda. Jealousy and insecurity are just symptoms of unresolved personal issues that result to turmoil within and thus emanate into actions towards others.

It is in that perspective that, Jesus strongly addressed this issue of jealousy and insecurity manifested by his disciples in the gospel. Jesus stressed, it would be better for one to enter the Kingdom of God without eyes, hand, and foot if these become stumbling blocks in spreading the good news to others. The act of forbidding someone who is doing well in the name of Jesus but not within the circle of disciples evoked suspicion, personal jealousy and insecurity issues. Such reaction revealed the lack of understanding on the universal inclusivity of God’s mission.

picture from HermanoLeon clipart


The disciple who with Jesus’ failed to see the wisdom of their missionary work with the Lord. This is just but one of the instances where apostles reacted not in accord with the Lord’s ways, rather to their own. Their minds are set to the idea of being the “chosen” ones – the prestigious few who are authorized to perform miracles exclusively for Jesus. But Jesus rebuked them and reminded them that anyone who is doing good works in his name is not against him. No one should feel insecure and jealous in the fold of God.

The utterance of Jesus spells out the boundless sense of charity, the hallmark of the kingdom of God. Charity is the zeal of God’s home. Charity is the rule of rules according to Saint John Eudes. The good works of the Father carried by the Son is not limited to a certain group rather it transcends barriers and boundaries. The abundance in the kingdom is multiplied by sharing not by hoarding. Those riches that are kept would rot, clothes would be eaten by moth, while silver and gold would rust, as the second reading is reminding us. It is through Christ, the Father has been so kind and generous such as giving liberty to those who have been slaves of any sort of bad elements and giving them pardon and showing mercy to those who seek for it by heart.

Jealousy and insecurity are human weaknesses which, through God’s abundant grace readily transforms with compassion and zeal. In this context what is being asked from us is to destroy the barriers brought by our ego because his treasure in heaven overflows for all of us.

May God the almighty journey with us until we fully understand his boundless charity. We are one God’s people and the Lord continues to look for our brothers and sisters who still away from the Church. May we become charitable and welcoming enough as God’s instruments to bring them back to the Lord’s embrace, rather than becoming jealous, insecure, and stumbling block on their way back to the fold of our Father. Amen






viernes, 25 de septiembre de 2015

Décimo segundo bingo de la fundación


Gracias por apoyarnos en cada momento, queremos felicitar a los ganadores del Bingo, agradecer de corazón a los patrocinadores que nos apoyaron y al hotel Sheraton por permitirnos hacer este sueño posible.

LA FAMILIA “FUNDACIÓN EUDES” QUIERE DECIRLES, CON TODO EL CORAZÓN: GRACIAS

Para nosotros es muy significativo contar con el apoyo y el compromiso que nos han venido brindando para continuar nuestra misión social.

Deseamos expresarles nuestros más sinceros agradecimientos por su constante generosidad. Sin lugar a dudas, es una muestra de amor y apoyo a la obra que venimos realizando.

Aquellos que como ustedes, se dan a los demás con Amor y Entrega, hacen parte de la construcción del Reino de Dios en medio de la humanidad.

Cordialmente en el Corazón Misericordioso de Jesús Y María,



Gracias por tanto apoyo y cariño que recibimos en el décimo segundo bingo de la fundación. Bendiciones.






Pope Francis visits Little Sisters of the Poor

L'Osservatore Romano/Pool Photo via AP / Pool via AP
 
(Vatican Radio) Pope Francis on Wednesday made an unscheduled visit to the convent of the Little Sisters of the Poor, which is near the Basilica of the National Shrine of the Immaculate Conception, where he celebrated the Mass of Canonization of St. Junipero Serra.

The religious order operates several nursing homes and care facilities in the United States.
https://fbcdn-photos-a-a.akamaihd.net/hphotos-ak-xfa1/v/t1.0-0/p160x160/12042624_10152961513256486_8099333657847263422_n.jpg?oh=4830543482851ceee637182ad9082fb5&oe=565E0613&__gda__=1452355405_a41264bba8e7ab70b4bf027d676d14dehttp://www.catholicnewsagency.com/images/size680/Pope_converses_with_Sr_Marie_Mathilde_102_years_old_CNA.jpg

The congregation is involved in a lawsuit with the Obama Administration over the country’s new health care law. The government is trying to force the religious community to comply with a contraception mandate in the law, which violates Catholic religious beliefs.

http://static1.squarespace.com/static/52c2df7ae4b0d215dded86fd/t/5603f257e4b07f7d56f550a5/1443099224166/?format=750whttp://www.splendorofthechurch.com.ph/wp-content/uploads/2015/09/LITTLE-SISTERS-1.jpg

“This is a sign, obviously of support for them [in their court case]” said Father Federico Lombardi, SJ, the head of the Holy See Press Office.

“In this sense it is connected also to the words that the Pope has said in support of the Bishops of the United States in the speech to President Obama,” Father Lombardi continued.

“This was a little addition to the programme, but I think it has an important meaning in this moment,” he said.

http://media02.radiovaticana.va/photo/2015/09/24/ANSA873080_LancioGrande.jpg